Les fabricants de lingettes bientôt surchargés pour la pollution qu'ils génèrent – crypto investissement

Carte de paiement Crypto

Demandez votre Carte de paiement Crypto ici

Recevez 8 € de BTC gratuitement

Inscrivez-vous à CoinBase









Actualité btc


Le gouvernement s'apprête à appliquer le principe du pollueur-payeur aux lingettes industrielles, un produit non recyclable qui coûte cher aux autorités publiques pour l'entretien des pipelines.



Les lingettes imbibées de produits et fabriquées à partir de coton et de plastique ne sont pas recyclables.


© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Les lingettes imbibées de produits et fabriquées à partir de coton et de plastique ne sont pas recyclables.

Ils fourmillent de produits cosmétiques, de produits de nettoyage ou de produits de nettoyage pour la petite enfance et les consommateurs les consultent. Problème: les lingettes à usage unique ne recyclent pas et aboutissent souvent dans des tuyaux obstrués. Soudain, le gouvernement s'apprête à obliger les fabricants de chiffons à s'organiser, et surtout à financer la gestion des déchets qu'ils provoquent, raconteLe parisien ce vendredi.

Cette nouvelle règle devrait figurer dans la future loi sur l'économie circulaire, à laquelle travaille actuellement le secrétaire d'État chargé de la transition écologique, Brune Poirson. Le texte doit être présenté au Conseil des ministres dans un délai d'un mois.

À l'heure actuelle, tous les producteurs de produits doivent participer financièrement à la gestion des déchets qu'ils causent via l'éco-financement. Mais certains plus que d'autres, via une "responsabilité étendue du producteur", à laquelle sont par exemple soumis fabricants de peinturesolvants et autres produits chimiques. Et demain, les producteurs de lingettes.

Lingettes très chères

Les ONG ont longtemps défendu l'idée de responsabiliser les producteurs de produits dont les déchets sont nocifs pour l'environnement. Ainsi, Zero Waste a spécifiquement souligné le problème des lingettes domestiques il y a quelques mois sur BFMTV: "Ce sont des produits composites, absolument pas recyclables, car fabriqués à partir de coton et de plastique mélangés", a expliqué Laura Chatel, chargée de campagne de l'association. Elle a ensuite invité à "les interdire, ou du moins les taxer".

Pire encore, ces petits textiles sont coûteux pour la maintenance des autorités locales. Très souvent jetés dans les toilettes, ils obstruent les tuyaux et entravent le travail des stations d'épuration. Sans compter que parfois, les produits toxiques dans lesquels ils sont absorbés se répandent dans les réseaux d'eau. De leur côté, les industriels disent avoir commencé à afficher des w.c. les logos de cuvette barrés sur leurs paquets de lingettes.

Cependant, ces textiles à usage unique continuent de rencontrer du succès en France. Quatre ménages français sur dix l'utilisent, selon le parisien. Alors que, selon l’ONG environnementale WWF, ils coûtent seize fois plus cher et génèrent vingt fois plus de déchets qu’un nettoyage classique.

AUSSI SUR MSN: Les plastiques, le cauchemar de la planète


Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone et restez à jour.